Institut Cardinal Mercier - Bruxelles

Qualification Professionnelle

Obtention du CESS, du CQ6, du CQ7 et de la Gestion


Grille horaire de la 3PM Mécanique polyvalente

Grille horaire de la 4PM Mécanique polyvalente

Grille horaire de la 5PMA Mécanicien d'entretien automobile

Grille horaire de la 6PMA Mécanicien d'entretien automobile

Grille horaire de la 6SP

Grille horaire de la 7PMA Mécanicien des moteurs diesels et engins hydrauliques

 

Kamal (6PG), de retour de stage :

« Au début de mon stage, je devais savoir démonter un moteur complet qui était posé au sol pour que le patron ou la personne qui était responsable de moi connaisse mon niveau dans le domaine de la mécanique. Au fur et à mesure que je passais du temps dans le garage, je faisais de nombreux travaux sur les voitures des clients comme la géométrie, les courroies de distribution, les courroies d’accessoire, les grand et petit entretiens…

En ce qui concerne le travail, je trouvais que dans le garage tout le monde étaient assez sérieux, mais l’ambiance était plutôt agréable. Il y avait des moments où je devais réparer des voitures tout seul. À la fin de mon travail, un ouvrier venait voir si tout était en ordre. Parfois je devais assister les ouvriers dans leur travail et leur donner un petit coup de main.

Je n’ai pas vraiment eu l’occasion de discuter avec les clients. De temps en temps, parmi eux, il y en avait qui venaient me voir pour savoir ce que je faisais dans le garage à mon âge. Je leur disais que j’étais un étudiant et que j’étais en stage. Le patron était sympa avec moi, il n’insistait pas trop sur la vitesse du travail qui devait être terminé. »

Zacharia (6PG), de retour de stage :

« J’ai travaillé cette année dans un garage toutes marques. Je travaillais sur tous types de véhicules. De gros boulots ou de moins importants. Lorsque j’avais des difficultés pour accomplir mes tâches, j’appelais un des mécanos pour qu’il me donne un coup de main ou une explication.

Pendant mon stage j’ai surtout fait des embrayages et des courroies de distribution. Pour les autres travaux, il s'agissait des boulots de routine, des entretiens, des courroies d’accessoire, des préparations contrôle technique, des changements de plaquettes, des disques de freins etc. Ce stage m’a surtout appris à avoir une meilleure confiance en moi-même et surtout à me débrouiller seul lorsqu’il n’y avait personne pour m’aider. J’ai réalisé des tâches qu’auparavant je n’avais jamais faites: des changements de crémaillères et des installations de moteurs électriques dans la direction assistée.

En ce qui concerne le travail d’équipe, il n’y en avait pas tellement pour moi. Je travaillais dans une partie du garage, pendant que l’autre mécanicien était à côté. C’était chacun de son côté mais lorsque j’avais des difficultés, je faisais appel à un mécanicien qui se trouvait à côté. Dans le garage, il y avait deux mécaniciens et un carrossier. Un des deux mécaniciens s’occupait surtout des taxis du garage et l’autre prenait les particuliers, je les aidais dans leur travail.

J’ai appris à faire des travaux sans trop me fatiguer et surtout des techniques différentes de celles de l’école. J’ai réalisé des travaux qu’auparavant je n’avais jamais faits. Ce stage m’a appris une meilleure technique d’attaque et une meilleure confiance en moi. »

Soufian (6PG), de retour de stage :

« Cette année, j’ai fait mon stage au garage MW qui se trouve à l’Allée verte, à Schaerbeek. C’est un garage où l’on peut réaliser n’importe quel travail mécanique. Il est divisé en 2 sections : la première est consacrée à tout ce qui est mécanique et la deuxième est spécialisée dans la carrosserie. Ce garage a comme particularité de s’occuper aussi des problèmes de géométrie.

Il y avait une bonne ambiance de travail. En effet, les mécaniciens étaient très sympathiques avec moi. Ils m’ont bien guidé durant ce stage. Les horaires de travail étaient de 10 h à 19 h, avec un temps de pause à 13 h. J’avais les mêmes horaires que les ouvriers et le même temps de travail qu’eux. Je participais complètement aux tâches. Il y avait un timing à respecter, ce qui fait qu’on s’entraidait beaucoup.

La première semaine au garage, j’étais principalement accompagné de mon maître de stage. En effet, il supervisait mon travail. Je m’occupais principalement de faire des petits entretiens (remplacements de plaquettes de freins, de filtres à huiles, à air, à carburant, etc.). Les ouvriers quant à eux, se chargeaient des tâches les plus difficiles. Vers la fin de mon stage, je participais quasi complètement à la vie du garage, effectuant ainsi les mêmes fonctions qu’un véritable mécanicien.

Grâce aux ouvriers, j’ai appris à travailler en équipe et à voir le métier différemment. L’ambiance de travail était assez bien. Je participais tout à fait au travail ces mécaniciens. Je les aidais au mieux pour être le plus utile possible. Durant cette période de stage, il n’y a jamais eu aucun conflit. Je me suis complètement intégré à l’équipe. »

 

Ozcan (6PG), de retour de stage :

« J’ai effectué mon stage comme mécanicien automobile dans un garage du service Ford. On réparait souvent des voitures de police, des voitures en leasing de marque Ford et parfois d’autres marques. Il y avait aussi une partie carrosserie où l’on réparait des voitures accidentées de toutes marques.

Pendant mon stage, je débutais à 8h00 et je finissais à 17h00. Au début, il était difficile de m’adapter au rythme du travail. Les journées suivantes, je me suis bien appliqué à la tâche. J’ai eu l’occasion de travailler librement sans être distrait et j’ai acquis une meilleure confiance la mécanique.

Je pense qu’on apprend plus de choses dans un garage qu’à l’école. J’ai découvert beaucoup de pièces que je n’imaginais pas dans l’espace. Pour être un bon mécanicien il faut beaucoup de temps et beaucoup d’expérience.

L’atmosphère avec les collègues était fantastique. Je recevais toujours de bons conseils des ouvriers. Ils me montraient des méthodes de travail pour faciliter la tâche. Les ouvriers du garage étaient des gens sympathiques, accueillants et ils me racontaient leurs souvenirs d’école. »

 

Robert (6PG), de retour de stage :

« J’ai effectué mon stage dans un garage privé spécialisé dans la marque Renault mais nous réparions d’autres marques aussi. Le garage était divisé en trois parties : mécanique, carrosserie, vente. J’ai fait de la mécanique, de la carrosserie et de la vente de pièces automobiles d’occasion et neuves.

Je commençais mon stage à 9h du matin et je terminais à 18h.Nous travaillions à un rythme beaucoup plus rapide qu’à l’école. Sauf en cas de travail précis (distribution, boite de vitesse, essieu avant et arrière), je travaillais plutôt seul, mais s’il y avait des pièces lourdes à porter, il fallait travailler en groupe pour ne pas être blessé au niveau du dos.

J’ai appris à travailler de différentes manières pour chaque marque de façon à démonter et remonter plus facilement certaines pièces, à travailler en sécurité et à faire un travail en équipe. On apprend plus vite à travailler dans un garage qu’à l’école.

J’ai appris à travailler en rapidité, à voir comment cela ce passe en temps réel dans un garage, à travailler en groupe, à avoir confiance en moi et à accueillir des clients de manière amicale. »

 

Dario (7PG), de retour de stage :


« J’ai effectué mon stage pendant un mois chez le concessionnaire Mercedes Europa qui se trouve à la chaussée de Louvain. Pendant les deux premières semaines, j’ai travaillé dans la section des véhicules utilitaires où j’étais toujours accompagné d’un mécanicien qui surveillait mon travail.Les deux dernières semaines, j’ai travaillé du côté des voitures où j’étais aussi accompagné d’un mécanicien.

Les deux premières semaines où j’ai été placé ducôté des véhicules utilitaires, on m’avait assigné un mécanicien avec lequel je devais travailler mais de temps en temps, il partait faire des essais sur route. Quand le mécanicien avec qui je travaillais d’habitude  partait, j’aidais quelqu’un d’autre car je m’entendais bien avec tous les mécaniciens même avec les néerlandophones qui ne parlaient pas très bien français. Les deux dernières semaines, c’était aussi comme ça mais du côté des voitures. A 10h et à 15h30, tous les mécaniciens se retrouvaient en face de la machine à café où nous bavardions un peu pendant les 15 minutes de pause. »

 

Eray (7PG), de retour de stage :


« Cette année, j’ai effectué mon stage chez le concessionnaire Citroën Belux à Evere. J’ai travaillé sur tous types de véhicules mais le plus souvent sur des voitures.

Au niveau de mon horaire, c’était un peu dur au début car je devais me lever le matin à 6h45 pour pouvoir commencer le travail à 7h30. Nous n’avions pas de pause le matin mais si nous voulions boire ou manger quelque chose, c’était libre. A midi et demi, c’était l’heure du repas. Nous avions 30 minutes pour manger puis nous reprenions le boulot jusqu'à 16 heures. Je me suis habitué à mon nouvel horaire en peu de temps.

En ce qui concerne le travail, c’est à peu près la même méthode que dans les autres garages. Les tâches que je recevais n’étaient pas trop difficiles à réaliser. Quand c’était un gros travail, je travaillais avec un mécanicien qui ne faisait que les gros boulots. Le mécano contrôlait chaque fois que je finissais une voiture. »

 

 
Bannière